Eveil & Education

Votre enfant est-il prêt pour la crèche ?

Conseils pour aider les parents à décider quand un enfant est assez mûr pour le jardin d’enfant

Votre enfant est-il prêt pour la crèche? Cela dépend en grande partie de sa capacité à être attentif et à gérer ses émotions et son comportement.

  • Joue-t-il bien avec les autres enfants ?

  • Peut-il partager de façon appropriée ?

  • Peut-il demander ce dont il a besoin aux autres adultes ou aux enfants ?

  • Peut-il s’asseoir et écouter pendant une longue période de temps ?

Si vous avez répondu oui à toutes ces questions, votre enfant est probablement prêt pour la crèche et la maternelle.

Les enseignants soulignent que la maturité émotionnelle et l’indépendance sont plus importantes que les compétences “pré-académiques” telles que la connaissance des lettres, des chiffres, des couleurs et des formes. Mais si vous n’êtes pas sûr que votre enfant soit prêt, vous pouvez demander à l’école élémentaire de rencontrer votre enfant afin qu’elle puisse vous dire ce qui est le mieux.

Si votre enfant sera plus jeune que le reste de la classe et qu’il est immature, envisagez d’attendre un an. Une étude très médiatisée a révélé que les enfants les plus jeunes de la classe, en particulier les garçons, sont plus susceptibles de recevoir un diagnostic de TDAH plus tard dans leur vie.

Cela signifie qu’au moins certains des enfants sont mal diagnostiqués simplement parce qu’ils ne sont pas aussi matures que les autres.

Si vous avez un enfant souffrant de problèmes de santé mentale ou de développement, comme l’anxiété, l’autisme, le TDAH ou les troubles de l’apprentissage, cela ne signifie pas qu’il doive attendre une année supplémentaire. Plus tôt ils obtiennent un soutien, mieux ils se porteront à long terme. SequoiaEducation propose à ce sujet une méthode pédagogique ludique et efficace pour les enfants en difficulté scolaire.

Chaque pays européen à des lois différentes sur le moment où les enfants doivent commencer l’école maternelle, mais tous exigent que les enfants soient scolarisés à un certain âge.

En France, si vous pensez que votre enfant n’est pas prêt, vous pouvez demander l’autorisation d’attendre un an et celle-ci est généralement accordée.

Si vous décidez d’attendre, profitez de cette période pour aider votre enfant à acquérir les compétences dont il a besoin pour être prêt à entrer en maternelle l’année suivante. Vous pouvez le faire à la maison, dans une école maternelle ou dans un groupe de jeu.

Quand les enfants doivent-ils entrer à l’école maternelle ?

On suppose que la plupart des enfants sont prêts au moment où ils y ont droit, à 4 ans et demi ou 5 ans. Mais de plus en plus de parents choisissent de les retarder.

Certains parents pensent qu’il est avantageux pour leurs enfants d’être parmi les plus âgés de la classe. D’autres parents craignent que leur enfant n’ait pas développé les compétences dont il aura besoin pour réussir à l’école maternelle.

En tant que parent, comment pouvez-vous savoir s’il est préférable d’attendre un an ?

Lorsqu’on cherche à savoir si un enfant est prêt pour la maternelle, il ne faut pas se concentrer sur les compétences pré-académiques, comme la maîtrise des lettres, des chiffres, des couleurs et des formes.

En effet, l’élément le plus important pour décider de l’entrée en maternelle est le développement socio-émotionnel et linguistique de l’enfant, ainsi que ses capacités d’autorégulation, c’est-à-dire sa capacité à prêter attention et à gérer ses émotions et son comportement.

Posez-vous ces questions :

  • L’enfant est-il capable de jouer en coopération ou même de montrer de l’intérêt à être avec ses pairs ?

  • Est-il capable de partager de manière appropriée ?

  • Montre-t-il de l’enthousiasme pour l’apprentissage ? Par exemple, a-t-il envie d’explorer et de découvrir ? Est-il à l’aise pour poser des questions ? Sont-ils prêts à prendre des risques ? Ont-ils la capacité de persévérer lorsque les choses deviennent difficiles ?

  • Sont-ils capables de communiquer leurs besoins aux enseignants ou à leurs pairs ?

  • Peuvent-ils s’asseoir et écouter pendant une période prolongée ? L’heure de la lecture est une composante essentielle de la maternelle et beaucoup d’enfants n’ont pas été exposés à ce type de structure.

  • Ont-ils le désir d’être indépendants ? Ont-ils du mal à se séparer de leurs parents ?

De manière générale, l’indépendance est la clé. Peu importe que votre enfant soit prêt sur le plan scolaire. S’il n’est pas prêt à s’orienter dans une classe, il faut le retenir. Il y a d’autres questions que les parents devraient se poser, notamment si votre enfant peut suivre des directives simples et s’occuper de ses besoins en matière de toilettes.

Une maîtresse peut enseigner à un enfant des compétences linguistiques et mathématiques, ainsi que la façon de tenir un crayon et de couper avec des ciseaux. Mais son travail est infiniment plus difficile lorsque ses élèves n’ont aucune expérience de l’autonomie.

Ensuite, les attentes de la maternelle ont beaucoup changé, ce qui remet en question la préparation de certains enfants de 5 ans.

Dans de nombreux endroits, la maternelle dure maintenant toute la journée et est très scolaire. Beaucoup d’enfants de 5 ans ne sont pas prêts, sur le plan du développement, à rester assis pendant de longues périodes.

De plus, on constate une énorme différence dans la préparation de la motricité fine. Les jeunes enfants de 5 ans ont du mal à faire entrer les lettres et les chiffres dans les petites cases des feuilles de travail. Ils sont frustrés lorsque cela se produit.

Dans certaines écoles, il existe des programmes de pré-maternelle pour les enfants jugés pas tout à fait prêts pour l’expérience complète de la maternelle. On retrouve par exemple des programmes pour les enfants qui ont 5 ans entre mai et décembre. Avec des classes de taille réduite, ce programme offre une introduction plus douce et plus ludique à l’école élémentaire.

Vous avez des préoccupations concernant le diagnostic erroné d’un TDAH ?

Une étude qui a fait l’objet d’une grande publicité l’année dernière pourrait également faire réfléchir les parents avant d’inscrire leurs jeunes enfants à l’école maternelle. L’étude a révélé que les enfants qui sont parmi les plus jeunes de leur classe, en particulier les garçons, sont plus susceptibles de recevoir un diagnostic de TDAH que ceux qui sont parmi les plus âgés, ce qui suggère qu’au moins certains des enfants sont mal diagnostiqués simplement parce qu’ils sont plus jeunes.

En revanche, il y a un risque de confondre l’immaturité – y compris une capacité d’attention plus courte, une moindre aptitude à rester assis et une plus grande impulsivité – avec les symptômes du TDAH. Souvent, les parents de garçons dont l’anniversaire est tardif et qui font preuve d’immaturité par rapport à leurs pairs devraient attendre un petit peu, leur donner une année supplémentaire pour développer certaines de ces compétences.

Notons également que si un enfant en âge d’aller à la maternelle semble répondre aux critères du TDAH, la première étape de traitement serait une thérapie pour améliorer l’attention et la régulation du comportement – et non des médicaments – et cela devrait être bénéfique, que la faiblesse soit due au TDAH ou à l’immaturité.

Dans ce dernier cas, on peut s’attendre à ce que l’enfant rattrape son retard avec le temps. Dans le premier cas, il est probable qu’il ait besoin d’un traitement continu. Le fait d’être plus âgé n’élimine pas le TDAH d’un enfant. Vous avez besoin d’autres interventions fondées sur des preuves pour gérer ces symptômes.

Les enfants diagnostiqués avec un TDAH doivent-ils attendre une année supplémentaire ?

Qu’en est-il de l’idée de retarder l’entrée en maternelle des enfants souffrant de problèmes de santé mentale et de développement, notamment d’anxiété, d’autisme et de troubles de l’apprentissage ?

En réalité, ce n’est pas la bonne façon de les aborder : l’âge ne va pas remédier aux faiblesses associées à ces troubles. Et dans le cas de presque tous les troubles de santé mentale et d’apprentissage, plus tôt les enfants reçoivent un soutien, meilleur est leur avenir et leur rapidité à développer les bons réflexes neuronaux.

Un enfant anxieux ne va pas se débarrasser de son anxiété simplement parce qu’il a commencé la maternelle un an plus tard.

Si aucun soutien n’est déjà en place, c’est le moment d’envisager des mesures telles qu’un programme d’éducation individualisé (IEP), une classe Ulysse, des paraprofessionnels et éventuellement une école privée spécialisée ou un placement en éducation spécialisée au sein du système scolaire public.

En ce qui concerne les troubles de l’apprentissage, si un enfant a été exposé à des compétences pré-académiques – comme l’apprentissage des couleurs, des chiffres et des lettres – et qu’il ne les maîtrise pas, c’est un signe avant-coureur d’un problème d’apprentissage sous-jacent. Mais ce n’est pas une raison pour retenir l’enfant un an de plus ! C’est plutôt une raison d’envisager des soutiens ou un autre cadre scolaire.

Vous pourriez également aimer...